Let's talk

Madrid Election Talk : précarité menstruelle, tax tampon et droits des femmes

25 April 2021

Vous ne pouvez pas voter ? Vous pouvez participer à la conversation !

Auteure : Emer O’Toole

Qu’est-ce que la précarité menstruelle ?

La précarité menstruelle est un terme générique décrivant les obstacles socio-économiques qui empêchent les femmes, les filles et les personnes qui ont leurs règles de les gérer en toute sécurité et avec dignité. Elle se manifeste de différentes manières, de l’invisible (sauter des repas pour trouver de l’argent pour acheter des tampons et du papier toilette) au plus sérieux (ne pas avoir accès à un bain ou à une douche). 

Bien que la honte de remplacer les serviettes hygiéniques par de vieilles chaussettes ou du papier journal laisse des cicatrices émotionnelles évidentes, les conséquences de l’inégalité menstruelle ne sont pas seulement psychologiques, car elles compromettent les perspectives professionnelles et éducatives des femmes et des filles et les rendent vulnérables aux problèmes de santé mentale et reproductive.

La précarité menstruelle est-elle un problème à Madrid ?

Oui. Les Occidentaux associent souvent la pauvreté liée aux règles aux pays en développement (fait amusant : le Kenya a une longueur d’avance sur l’Amérique et l’Europe en matière d’égalité menstruelle, puisqu’il a été le premier pays à supprimer la taxe sur les tampons en 2004). Mais la pauvreté hygiénique touche 500 millions de personnes dans le monde, et une femme européenne sur quatre est obligée de choisir entre acheter de la nourriture et des produits d’hygiène féminine.

Si l’inégalité menstruelle en Espagne reste peu étudiée, on estime qu’elle touche deux Espagnoles sur dix. Madrid, semble-t-il, ne fait pas exception : Ana Enrich, cofondatrice de la branche espagnole de @PeriodMovement, souligne que “là où il y a de la pauvreté, il y a de la précarité menstruelle”.

Madrid est peut-être la région la plus riche d’Espagne, mais c’est aussi l’une des plus inégalitaires, avec près d’un million de Madrilènes confrontés à une grave précarité économique. Avant même que le Covid-19 ne frappe, les Madrilènes à faibles revenus ont subi de plein fouet les coupures dans les services publics, et la crise du coronavirus a créé des obstacles supplémentaires et invisibles à la santé et à l’hygiène. 

Passer du temps à l’extérieur est essentiel pour rester en sécurité et se distancier socialement, mais l’accès aux toilettes publiques – qui étaient déjà rares à Madrid – a été limité, obligeant les femmes à payer pour avoir le privilège d’utiliser des toilettes ailleurs que chez elles. La pandémie a également exacerbé l’inégalité entre les sexes : les femmes du monde entier ont été en première ligne sur le plan professionnel et domestique, mais les Espagnoles ont été touchées de manière disproportionnée par le chômage lié à la pandémie.

Les communautés marginalisées ne sont pas les seules à être taxées pour leur biologie. Les femmes espagnoles dépensent, en moyenne, 6 000 euros en produits sanitaires au cours de leur vie. Sachant qu’elles gagnent 14 % de moins que leurs homologues masculins, c’est de l’argent que les femmes ne peuvent tout simplement pas se permettre de dépenser. 

Dans la plupart des pays, les produits d’hygiène féminine sont considérés comme des produits de luxe et sont taxés en tant que tels, les serviettes hygiéniques étant soumises à une TVA de 10 % en Espagne. En revanche, le Viagra est considéré comme un “produit essentiel”. Son taux d’imposition ? 4%.

Que peut-on faire à Madrid ?

À l’échelle mondiale, la précarité menstruelle devient progressivement moins taboue – en grande partie grâce à la pression exercée sur les gouvernements et les entreprises par les associations sur le terrain. 

En 2020, l’Écosse est devenue le premier pays à rendre les serviettes et les tampons gratuits. La France, l’Irlande et la Belgique ont récemment pris des mesures pour les rendre plus facilement disponibles. Ailleurs, la campagne #freeperiods d’Amika George, alors adolescente, a incité le gouvernement à fournir des produits gratuits dans les écoles anglaises, et la Nouvelle-Zélande devrait bientôt suivre le mouvement. 

L’Espagne, quant à elle, a connu une situation mitigée. Depuis 2018, les produits périodiques sur les îles Canaries sont exempts de taxes, et l’Universidad de Vigo vient de devenir le premier établissement d’enseignement supérieur en Espagne à offrir aux étudiants et au personnel des serviettes et des tampons gratuits.

Des organisations telles que Amba por una Menstruación Digna, basée à Pinto, s’efforcent de sensibiliser le public à la stigmatisation des règles, et la question a également fait l’objet de discussions à Valence. Au plus fort de la pandémie, l’entreprise catalane Farmaconfort a fait don de 100 000 produits d’hygiène intime aux femmes vulnérables, et l’ONG Mensajeros de la Paz inclut également des serviettes hygiéniques dans ses colis d’aide.

Mais les progrès n’ont pas été linéaires. La madrilène Paloma Alma – militante des règles et fondatrice de CYLCO Menstruación Sostenible – a critiqué la réticence de l’Espagne à s’attaquer de front à la pauvreté liée aux règles dans un récent article du HuffPost. L’année dernière, Amba a dénoncé OKDiario après que la publication ait clandestinement enregistré et tourné en ridicule leur conférence sur la pauvreté liée aux règles. C’est un rappel brutal que le plus grand obstacle à l’égalité menstruelle pourrait être la banalisation des droits des femmes. 

Les élections du 4 mai

Más Madrid (MM) a placé la précarité menstruelle au centre de sa campagne 4M. La candidate Mónica García, anesthésiste de profession, a fait les gros titres ce mois-ci pour avoir distribué des tracts en forme de serviette sur la Gran Vía. 

Le contenu du programme électoral du MM suggère qu’il ne s’agit pas d’un coup de pub : outre l’engagement du parti à améliorer l’éducation sexuelle, les normes de beauté des médias et les droits reproductifs, la section ” feminismos ” souligne l’intention du MM de rendre les produits périodiques disponibles en libre accès dans tous les bâtiments publics de la communauté de Madrid. De manière cruciale, en plus d’appeler le gouvernement à réduire la TVA des produits hygiéniques à 4%, le MM souligne l’importance de l’éducation pour supprimer la stigmatisation entourant l’inégalité menstruelle.

La gauche : rendre les produits hygiéniques et la contraception gratuits pour les femmes

Conformément à son engagement pour un “monde féministe”, Podemos prévoit de rendre les produits d’hygiène et de contraception gratuits pour les femmes. Le parti a longtemps tenu tête au gouvernement sur son refus de réduire la taxe sur les tampons – une taxe que le PSOE a historiquement dénoncée. Les Juventudes Socialistas de Madrid ont également souligné que “la menstruación es política” (la menstruation est politique).

La droite : contrôler les utérus

Cependant, à en juger par leurs manifestes, l’intérêt des candidats de droite du 4M pour la santé reproductive se limite au contrôle des utérus, plutôt que de légiférer pour améliorer la vie des femmes. Le manifeste de l’extrême-droite Madrid réduit les femmes à leur rôle maternel – tout comme la seule mention du féminisme par la ultraderecha España est leur promesse de le supprimer.

Ayuso a voté contre une réduction de la taxe sur les tampons

Le Partido Popular s’est attiré des critiques pour avoir voté contre une proposition de réduction de la taxe sur les tampons en 2016 – un vote dont le parti Ciudadanos s’est abstenu – et peu de choses ont changé depuis. Bien qu’il ait souligné son engagement en faveur d’une société “égalitaire et progressiste”, où les hommes et les femmes pourraient vivre dans la “dignité” et “où personne n’est laissé de côté”, le manifeste du PP néglige d’aborder la précarité liée aux règles.

En fin de compte, toute personne qui a ses règles ne peut pas s’épanouir dans une société où la difficulté d’accès à l’assainissement interfère avec sa capacité à travailler, à étudier ou à subvenir à ses besoins. La précarité menstruelle est plus qu’un hashtag féministe – c’est une crise de santé publique, de justice sociale et de droits de l’homme. Il n’est pas exagéré de dire qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort. 

Les milliers de Madrilènes qui souffrent en silence ne doivent pas être laissés à la merci d’étrangers, de bénévoles ou de militants de terrain. Ils ont besoin d’un leadership et de politiciens qui donnent la priorité à la santé, à l’hygiène et au bonheur de leurs citoyens. 

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

SUBSCRIBE FOR

A FREE COPY OF MY

‘WEEKEND GUIDE FOR LOCALS’

 

SUBSCRIBE TO MY MONTHLY

NO-FRILLS NEWSLETTER!