Let's talk

MADRID ELECTION TALK: LES ÉMISSIONS DE GAZ DES VOITURES, L’USINE D’INCINÉRATION ET JUSQU’À 5000 DÉCÈS ÉVITABLES

21 April 2021

Tu ne peux pas voter? Tu PEUX faire partie de la conversation!

Lorsqu’il s’agit de politiques environnementales, la différence entre la gauche et la droite à Madrid est énorme. Pour la gauche, faire de Madrid une capitale verte et un leader mondial en matière de durabilité est l’un des principes fondamentaux de la campagne. De l’autre côté, les opinions sont variées : les membres du parti d’extrême-droite Vox nient l’existence du changement climatique, pendant que le PP défend que le changement climatique existe mais n’a pas vraiment d’importance – point de vue le plus courant et sans doute aussi le plus dangereux.

Le nombre de décès liés à la pollution est plus élevé à Madrid qu’à n’importe quelle autre ville européenne.

Une étude publiée en janvier 2021 a mesuré le niveau de pollution de l’air dans des villes de toute l’Europe. La région métropolitaine de Madrid est classée première dans deux catégories : dans les plus hautes concentrations de dioxyde d’azote et dans le plus grand nombre de décès évitables dus à cette même pollution (Barcelone était la ville espagnole suivante sur la liste, à la sixième place). La pollution par le dioxyde d’azote provient principalement des gaz d’échappement des voitures.

Les mesures  de la gauche visant à restreindre la circulation dans la région de Madrid – comme par exemple à Madrid Central – ont permis de réduire les niveaux de dioxyde d’azote pour la première fois depuis des années. Non seulement le PP nie ce progrès, mais il affirme faussement effrontément aussi que la restriction de la circulation a aggravé le niveau de pollution.

Jusqu’à 5 000 madrilènes meurent chaque année de causes liées à la pollution de l’air.

Les estimations des décès annuels à Madrid attribués à la pollution varient entre 1000 et 5000 environ. Il n’est pas facile de déterminer le nombre exact, mais pratiquement toutes les organisations scientifiques d’Espagne et d’Europe s’accordent à dire que la pollution entraîne des décès. Ayuso, cependant, refuse d’y croire.

“Ce n’est pas comme si quelqu’un était mort à cause de [la pollution de l’air]”, a-t-elle répondu dans une interview lorsqu’on l’a interrogée sur le niveau de pollution de Madrid. “Je ne veux pas provoquer une alerte sanitaire, car il n’y en a pas… les villes vont continuer [à devenir plus vertes], mais les gens ne vont pas mourir, car ce qui est diffusé n’est souvent pas vrai.”

Son déni ferme s’inscrit dans la droite ligne des mesures politiques du PP, telles que la suppression des pistes cyclables et la tentative de démanteler Madrid Central. “Au cours des deux dernières années [depuis l’élection de Ayuso], notre ville est passée du statut de référence internationale en matière de transport et de lutte contre la pollution à l’inaction totale”, a souligné le porte-parole du parti de gauche Más Madrid.

Des tonnes d’ordures sont brûlées à Madrid, et les habitants des environs en subissent les conséquences.

À la suite d’une décision irréfléchie du gouvernement régional du PP en 2008, des municipalités mal préparées ont dû prendre en charge la collecte de leurs déchets, et nombre d’entre elles ont été contraintes de les brûler au lieu de les trier ou de les recycler. Plus de dix ans plus tard, la déchetterie de la ville de Madrid étant sur le point de fermer son incinérateur d’ici 2025 en faveur de la gestion durable, un plan approuvé par Ayuso et le maire du PP de Madrid en 2019 fait entrer toutes les ordures des villes voisines à Madrid également.

La déchetterie, située juste à l’extérieur du quartier Vallecas, à côté du secteur 6 de la Cañada Real, brûlera désormais plus d’ordures que jamais, tandis que les habitants des environs – dont beaucoup sont des personnes à faible revenu et des migrants – devront faire face aux odeurs nocives et aux fumées toxiques (les plaintes relatives aux odeurs ont augmenté de 42 % dans les huit mois qui ont suivi le changement). En raison de l’augmentation spectaculaire du volume des déchets, qui sont non triés et ne peuvent pas être recyclés, le projet de suppression progressive de l’incinérateur est maintenant en suspens.

L’Espagne a été traduite devant la Cour européenne pour avoir “systématiquement” enfreint la législation sur la pollution atmosphérique.

L’Espagne a été traduite devant la Cour de justice des Communautés européennes pour avoir systématiquement manqué à cette obligation, notamment à Madrid, à Barcelone et dans la zone industrielle de Baix Llobregat, en Catalogne. Le fait d’être renvoyé devant la Cour montre non seulement que l’Espagne ne respecte pas les normes européennes en matière de qualité de l’air (Madrid n’a jamais réussi à les respecter depuis qu’elles sont devenues juridiquement contraignantes en 2010), mais aussi qu’elle est indifférente au problème et qu’elle n’adopte aucune mesure permettant de le résoudre.

Réponse de la droite vs. réponse de la gauche :

La plateforme du PP sur la durabilité pour les élections de Madrid s’articule principalement autour du “Plan d’incitation à la décarbonisation”, qui donne priorité à la liberté des entreprises et des propriétaires de véhicules, en les encourageant à réduire volontairement la pollution sans l’exiger. Après 26 ans de gouvernement du PP dans la région de la capitale espagnole, Madrid est à la traîne en matière d’environnement, non seulement par rapport au reste de l’Espagne mais aussi par rapport au reste de l’Europe.

Tous les partis de gauche – PSOE, Podemos et Más Madrid – indiquent clairement que changer de cap par rapport aux politiques actuelles est une priorité de la campagne. Au lieu d’utiliser des termes tels que “liberté” ou “incitations”, comme le fait le PP, ils parlent de faire de Madrid un leader mondial en matière de durabilité. L’une des politiques les plus réussies sous la direction de Ahora Madrid était Madrid Central, et Podemos et Más Madrid veulent apporter cette même stratégie au reste de la communauté dans les villes de plus de 50 000 habitants. Ce n’est qu’une partie de la longue liste des engagements de Podemos et Más Madrid, qui soulignent que “il n’y a pas de plan B face à la crise écologique, nous n’avons qu’une seule planète.” Cela semble évident, mais si l’on tient en compte les 26 dernières années de gouvernement à Madrid, cette déclaration est plutôt révolutionnaire.

Lisez plus sur Madrid Election Talk :

Translation by Elisabeth Walhain.


AIDEZ-NOUS À FAIRE GRANDIR MADRID NO FRILLS

Depuis quatre ans et demi, je m’engage à vous apporter des histoires vraies racontées par les communautés mêmes qui ne reçoivent pas le traitement médiatique qu’elles méritent. L’objectif : comprendre comment le racisme, l’exploitation et la pauvreté sont des destins préétablis choisis par les personnes au pouvoir, et comment les communautés qui en font l’expérience les surmontent ensemble.

Vous avez peut-être remarqué que, contrairement à la grande majorité des publications, MNF reste exempt de publicités, de sponsors et de riches investisseurs. L’indépendance est primordiale et nous ne nous laisserons pas influencer par ceux qui sont en position de privilège ou de pouvoir. Par conséquent, j’invite notre public à soutenir ce projet et à nous aider à continuer à faire ce que nous faisons.

Soutenez MNF pour juste 1 € par mois, résiliable à tout moment.

You may also like

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

SUBSCRIBE FOR

A FREE COPY OF MY

‘WEEKEND GUIDE FOR LOCALS’

 

SUBSCRIBE TO MY MONTHLY

NO-FRILLS NEWSLETTER!